Rue Manin

« Cet appartement est l’objet d’un projet d’architecture intérieure et de décoration (mobilier, luminaire, revêtement, couleur).Tout en conservant le cachet de cet appartement de 75m2  de type Haussmannien nous avons fait le choix de la fantaisie et de la rigueur à l’image de nos clients dont les goûts dichotomiques s’orientaient vers un design épuré et minimal autant que sur la couleur. »

L’ENTREE : du sur mesure pour optimiser l’espace.

Pièce centrale, un large couloir sas distribuant et scindant en deux parties l’appartement faisait office d’entrée. Nous avons transformé cet espace de passage en réelle pièce à vivre. Une grande bibliothèque a été conçue sur-mesure, optimisant l’espace de rangement. Véritable objet à part entière, elle s’expose, avec son jeu de couleur, de volumes et de rythme pour mieux stocker et exposer la collection de livres et de dvds. Fixe mais à moduler selon les envies, les caissons colorés sont amovibles. Double emploi pour une tablette coulissante, qui fait aussi bien office de spot d’exposition que de table d’appoint. Avec la même ligne directrice, une niche de rangement a été prévue pour accueillir deux chaises pliantes d’appoint. Filante, la bibliothèque encadre la double porte du séjour et  intègre une penderie qui camoufle également le tableau électrique à coté de la porte d’entrée. Afin de l’intégrer parfaitement à la pièce elle est peinte dans le même coloris que les murs : un gris vert mat, intimiste. Une gorge lumineuse allège l’ensemble et prolonge visuellement le plafond, laissant filer les ornements  d’origines de style néoclassique. Inspirées des lampes baladeuses, trois lampes PHY, design Philippe Daney, ont été suspendues de façon faussement aléatoire apportant légèreté et créant des halos lumineux plus chaleureux.

Coté droit // La couleur

LA CUISINE : un espace multicolore et convivial.

L’idée était de créer un espace coloré, d’inspiration rétro années cinquante mais résolument contemporain. Dès l’entrée, cette pièce irradie littéralement, grâce à la translucidité acide de la porte coulissante en verre jaune. On joue le contraste couleurs satinées et blanc brillant avec cette cuisine intégrée. Tiroirs et façades sont en verre opaque blanc pour un effet glossy, tandis que le plan de travail est en corian orange.  Le meuble central  en corian bleu arctique fait également office de table. Autour deux tabourets laqués orange de chez Tolix. Gaieté pop de l’ensemble éclairé par une suspension boule en métal laqué mat multicolore, design Frederik Mattson. Une touche rétro est apportée par l’utilisation au sol de carreaux de ciment  aux motifs cubes qui joue la perspective. En électroménager tout est intégré sauf le réfrigérateur Smeg, qui s’affiche en noir dans un style fifties américain.

LES TOILETTES : Une black box créative.

A l’opposé de la white cube tout hygiène, nous avons opté pour une black box créative. Les murs et le plafond sont enduits d’une peinture tableau noire permettant à cet espace rigoureux de devenir un espace à message, ou motifs graphiques uniques et éphémères. Trois néons apparents au plafond tracent une ligne graphique épurée.

LE BUREAU : Un espace pragmatique tonique.

Un long et peu profond plan de travail longe la pièce sur deux pans de mur, ce qui offre une faible occupation de l’espace tout en maximisant l’espace de travail. Ce dernier bénéficie d’une exposition optimum en lumière naturelle. L’espace central ainsi libéré, le bureau fait office de chambre d’amis, il permet de mettre un lit d’appoint pour deux personnes. Avec son cache réglable faisant office d’abat-jour anti-éblouissement, le luminaire à abat-jour métallique en aluminium, design Thomas Ritt, est aussi bien fonctionnel que décoratif.  Une fine bande adhésive aimantée offre la possibilité d’accrocher ses inspirations. Le mur du fond est peint en vert émeraude ultra pigmenté pour tonifier et dilater la perception de cette pièce quasi triangulaire. Il a été spécialement sélectionné pour valoriser un tirage photo original.

Coté gauche // L’épure

LE SEJOUR/ SALLE A MANGER : Le noir, le bois, le cuir et le métal en ligne minimal.

Dans cet espace décloisonné nous avons opté pour un parti pris simple, une cohérence graphique autour d’une ligne noire en contraste au blanc mat des murs, qui laisse la part belle à la lumière et à une photographie de Nicolas Moulin. Pour tourner autour de ce jeu rigide on a multiplié les assises et mélangé sans complexe l’ancien, la récup et le moderne. Au dessus de la table et des bancs alignées sur l’axe de la fenêtre trois suspensions Tom Dixon ont été descendues à hauteur d’yeux pour un éclairage plus intimiste en soirée. Le radiateur et ses tuyaux sont pleinement assumés et rehaussés de noir ; au mur, comme une œuvre d’art exposée, une applique année 30 chinée ,signée Jean Perzel. En complément d’assise de l’ensemble table et bancs cornière type brasserie en bois repeint avec piètement métalliques rabattables, nous avons opté pour deux chaises vintage de style industriel, 1954, design Friso Kramer.

Côté salon, nous sommes restés sur une ligne légère et sobre, à l’image du grand fauteuil en cuir noir et piètement métal qui appartenait déjà à nos clients. Silhouette élancée avec le canapé en cuir noir capitonné Magister, design Antonio Citterio et Paolo Nava – accent ultra léger avec la table basse Lulu avec son fin piétement structure métal laqué et son  plateau en verre dépoli dessinée par Design by O. Contrepoint au design contemporain avec la lampe murale pivotante Potence, considérée à juste titre comme le chef-d’œuvre puriste de Jean Prouvé, 1950, qui module l’ambiance avec son variateur.

LA CHAMBRE : Grande simplicité.

Grande simplicité pour la chambre qui grâce au total look blanc donne une impression de sérénité. Elégance et modestie pour le mobilier laqué blanc et inox. Rien sauf la lumière ne dépasse dans cet espace minimal grâce à une grande armoire penderie toute hauteur et  un lit tiroir.

Maîtres d’ouvrage:

Privé

Surface:

75m2

Lieu:

Paris, France

Category:

Design, Intérieurs, Métiers